Français - Nederlands Mont-de-Piété

Présentation

Le Mont-de-Piété est une institution publique qui pratique le prêt sur gage depuis bientôt 400 ans. Vous déposez un objet permettant de garantir un prêt de €30 minimum et nous vous prêtons entre 50 et 70% de la valeur.

Notre mission

Vous assurer, qui que vous soyez, par le prêt sur gage(s), un crédit honnête, discret, souple et peu conditionné.

Vous proposer une alternative aux crédits et pratiques commerciales douteuses

  • Nous ne poserons pas de questions sur votre situation ou ce que vous voulez faire de l'argent
  • Vous remboursez à votre rythme
  • Nos conditions de prêt sont claires
  • Il vous suffit d'être:
  1. majeur ou émancipé
  2. domicilié dans l'Union Européenne
  3. muni d'une pièce d'identité

Aucune autre condition n'est posée si ce n'est celle d'être propriétaire du gage proposé.

Votre partenaire depuis 400 ans, le Mont-de-Piété, toute une histoire

L'ORIGINE DES MONTS-DE-PIETE

L’origine des Monts-de-Piété remonte en Italie au XV siècle, mais le prêt sur gage existe probablement depuis bien plus longtemps.
En effet, dès que l’homme créa l’argent, certains éprouvèrent le besoin d’échanger temporairement des biens contre de l’argent.

Les usuriers comprirent très vite qu’en entretenant la rareté de l’argent, ils pouvaient tirer énormément de bénéfice de ce commerce.
C’est donc pour lutter contre la rapacité des usuriers qui proliféraient à cette époque et qui ruinaient les populations en exigeant parfois de plus de 130% qu’un moine, Barnabé de Terni, eut l’idée de créer une institution caritative prêtant de l’argent sur gage.

D’après les historiens, cette institution vit le jour en 1462, à Pérouse au centre de la péninsule Italienne. On lui donna le nom de Mont-de-Piété.

LE MONT-DE-PIETE DE BRUXELLES

Il est bien connu qu’on prête qu’aux riches. Et pourtant, blotti au cœur de Bruxelles, à deux pas du Sablon et du Palais de Justice, un grand bâtiment, un peu austère il est vrai, abrite une institution publique qui contredit depuis 1618 ce célèbre dicton.

En effet, au début du 17ème siècle, la misère était partout, la bienfaisance publique quasi inexistante ou très mal organisée et les usuriers qui ont fui l’Italie où les Mont-de-Piété se sont développés, envahirent petit à petit nos régions.

Wenceslas Cobergher qui était à la fois peintre, architecte, ingénieur et même diplomate, s’intéresse à toute idée nouvelle et au retour d’un séjour d’étude en Italie, enrichi de ce qu’il y a vu, propose à nos Gouverneurs l’Archiduc Albert et son épouse l’infante Isabelle, personnalités pondérées et éclairées, la création dans nos régions d’institutions de prêts sur gage semblables à celles qu’il a vues en Italie. L’ouverture d’un Mont-de-piété à Bruxelles est décidée.

L’établissement ouvrira ses portes au public le 28 septembre 1618 pour ne plus jamais les refermer.

Il s’établit, dans un premier temps, à la rue du Lombard pour déménager vers 1860 vers son implantation actuelle de la rue St Ghislain. Ceci en fait la plus ancienne institution financière de Belgique.

EVOLUTION ET DEVELOPPEMENT

Tout comme en Italie, les Monts-de-Piété se développèrent très rapidement dans la plupart des villes de Belgique. Les historiens en comptent plus de vingt mais tous fermèrent les uns après les autres sauf celui de Bruxelles qui après avoir été le premier est maintenant le dernier Mont-de-piété en Belgique.

Ceux qui proclament, haut et fort, que les Monts-de-Piété sont des institutions dépassées dans un pays développés comme le nôtre, sont très mal informés.

Les chiffres en continuelle augmentation témoignent de la pertinence et de l’actualité de l’activité. En 2014, 22000 prêts ont été accordés dont 10% à des personnes fréquentant pour la première fois l’institution. Le total des prêts en cours dépassent les 20.000.000€.

Cette formule de prêt est, même encore de nos jours, probablement la façon la plus simple et la plus souple pour permettre à toute personne de disposer très rapidement (le plus souvent en quelques minutes) de liquidités si nécessaire importantes, lui donnant la possibilité, soit de faire face à une échéance urgente, soit de saisir une opportunité sans être contraint de vendre ses biens.

Contrairement à une des idées fort répandues, plus de 95% des prêts sur gages sont remboursés par les emprunteurs qui récupèrent donc les bijoux ou les objets qu'ils avaient déposés en gage. Seuls 5% des gages ne sont pas réclamés par les déposants et doivent en conséquence être mis en vente publique. Dans ce cas le Mont-de-Piété prélève sur le produit de la vente les montants dus et les frais et ristourne le solde au client emprunteur.

REGLEMENTATION ET ADMINISTRATION

Le Mont-de-piété de Bruxelles est régi par la loi du 30 avril 1848 et par un règlement organique arrêté par le Conseil communal de la Ville de Bruxelles.

Sous l’autorité d’un Conseil d’Administration nommé par le Conseil Communal et dont le Bourgmestre de la Ville de Bruxelles est président de droit, l’équipe du Mont-de-Piété (une trentaine de personnes) assure le fonctionnement de l’activité.

MONOPOLE DU PRET SUR GAGE

En Belgique, la profession de prêteur sur gage est, en vertu de la loi, un monopole réservé au Mont-de-piété et la tenue de maison privée de prêt sur gage est sévèrement punie. (Code pénal art. 306 & 307).